Foire aux questions (FAQ)

Retrouvez ici les réponses aux questions les plus fréquentes sur l’agence HandiLex. N’hésitez pas à nous contacter, au cas où vous ne trouveriez pas celle que vous cherchez.

L’agence sera ouverte aux victimes d’accident (domestique, de la circulation, du travail…) ou d’infraction et leurs proches, subissant un handicap temporaire ou permanent.

Par la suite, l’agence étendra ses services à toutes les situations de handicap, à l’exception de celles résultant de fautes, d’erreurs ou d’accidents médicaux.

Nous aimerions bien que ce soit gratuit !

Mais l’agence n’est pas un service public financé par l’Etat. Elle ne dépend d’aucune institution, d’aucune entreprise publique ou privée.

Cette indépendance, inscrite dans l’ADN d’HandiLex, est une garantie pour chacun de nos usagers.

Pour pérenniser notre action sans dépendre de subventions (de plus en plus faibles) ou de dons (souvent aléatoires), il est nécessaire de rémunérer les services rendus par l’agence, même modestement, c’est pour cela qu’il est demandé une contribution à chaque usager.

D’abord par les services que nous vous proposons. Ceux-ci sont susceptibles d’évoluer pour permettre toujours une meilleure prise en charge des conséquences administratives et juridiques d’un handicap.

Ensuite, par les avantages que nous avons négociés auprès des professionnels qui vous permettront de faire valoir vos droits dans les meilleures conditions notamment financières !

Enfin, parce qu’avec l’agence HandiLex, vous ne serez jamais seul face au monde du droit.

Indépendance et neutralité : aucun droit d’entrée, aucune condition à remplir pour pouvoir bénéficier des services de l’agence HandiLex.

Nous sommes au service de l’usager et lui-seul.

Contrairement aux protections juridiques et aux compagnies d’assurance, notre intérêt premier est que l’usager puisse faire valoir ses droits en fonction de ses besoins réels et non en fonction de nos intérêts financiers.

Pour preuve, il est expressément prévu que dans l’hypothèse (très improbable) où les intérêts de l’agence seraient incompatibles avec ceux de l’usager, ce sont les intérêts de celui-ci qui doivent primer sur toute autre considération.

Conformément à la loi n° 71-1130 du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques (consultable ici), le conseil juridique est une profession réglementée et doit être délivré par des professionnels formés et compétents.

L’objectif de l’agence n’est pas de les remplacer mais de permettre aux personnes en ayant besoin, d’avoir accès aux professionnels du droit dans les meilleures conditions.

Tout comme il existe un parcours de soin et un médecin traitant, nous croyons qu’il doit exister un parcours de droit et un avocat référent.

Oui, s’entourer d’un avocat est nécessaire !

La défense des droits des personnes, pour être efficace et utile, doit s’inscrire dans un cadre général, cohérent et coordonné. Les démarches administratives faites par et pour elle, doivent s’inscrire dans ce cadre.

La réparation du dommage corporel, par exemple, est un domaine éminemment technique et complexe. S’entourer tout de suite d’un avocat compétent est une nécessité.

Eh bien non !

S’entourer d’un avocat ne signifie pas systématiquement saisir un juge. Au contraire, la présence de l’avocat peut permettre, faciliter voire accélérer le règlement amiable de difficulté.

L’avocat référent n’est pas là pour « vendre de la procédure » mais si celle-ci doit s’avérer nécessaire, de pouvoir la mettre en oeuvre au bon moment et dans les meilleures conditions possibles.

Et puis, rien ne se fera sans votre accord ! C’est vous et vous seul qui décidez.

Non, l’agence HandiLex n’est pas un cabinet d’avocats. 

Nous ne travaillons pas pour des avocats.

Nous travaillons POUR les personnes souffrant de handicap AVEC des avocats. Chacun son rôle, chacun ses missions.

D’autres questions ?