contact@handilex.com
Objectif atteint et dépassé pour notre campagne de financement participatif
Le réseau HandiLex s’étend en Seine-Saint-Denis

Comment l’agence HandiLex a aidé son premier bénéficiaire – interview

Devenu tétraplégique incomplet, David a été le tout premier usager de l’agence HandiLex, alors embryonnaire*. Il revient sur son parcours et sur l’importance d’avoir fait appel à HandiLex, ce qui lui a permis notamment de conserver son appartement.

Pouvez-vous nous parler de votre handicap ?

David (prénom modifié à la demande de l’intéressé) : C’était en 2014, j’avais 41 ans. Après ma journée de travail j’ai commencé à ressentir une douleur dans la nuque. Au fil des heures, cette douleur est devenue de plus en plus intense. Vers 6 heures du matin je ne pouvais plus bouger mes jambes et je commençais à être paralysé des bras également. Une de mes veines avait cédé à l’intérieur de ma colonne vertébrale. Cela créait un hématome qui faisait pression sur ma moelle épinière.

J’ai été opéré en urgence à l’hôpital où on m’a ouvert la colonne pour décompresser l’hématome. Malheureusement la moelle épinière avait été abîmée. Je me suis retrouvé paralysé des quatre membres : tétraplégique incomplet. L’atterrissage était violent.

Par chance, au fil des semaines puis des mois, j’ai retrouvé partiellement l’usage de mes bras puis de mes jambes. Je me déplace aujourd’hui avec une canne pour les courtes distances et en fauteuil roulant lorsque les distances sont plus grandes.

Au moment où est survenu votre handicap, pensiez-vous avoir besoin d’une aide juridique et administrative ?

Je n’en avais aucune idée. Après mon accident, mon épouse s’est occupée de toutes les démarches administratives. Sans sa rigueur et son opiniâtreté je crois que nous n’aurions rien obtenu auprès des services concernés : MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), CAF (Caisse d’Allocations Familiales), AAH (Allocation Adultes Handicapés), assurances diverses… Personnellement je n’ai jamais été très doué avec les papiers. J’ai eu la chance d’avoir mon épouse à mes côtés.

Lorsque nous avons rencontré les membres d’HandiLex, ils ont validé ou invalidé tout ce que nous avions fait de notre côté et un peu à l’aveugle suite à mon accident. Concernant l’aide juridique, je pensais ne pas en avoir besoin mais je me trompais.

Je ne pensais pas avoir besoin d’une aide juridique. Je me trompais.

En quoi HandiLex vous a été utile ?

Grâce à HandiLex j’ai pris conscience que j’avais besoin d’être aidé dans mes relations avec l’assurance de mon crédit immobilier. L’enjeu était énorme puisque selon mon contrat d’assurance et mon taux d’incapacité reconnu, l’assurance prenait en charge soit 50% soit 100% de mes remboursements mensuels pour notre appartement familial.

Je m’explique : après avoir été reconnu invalide partiel par la sécurité sociale, il fallait le faire valoir auprès de mon assurance et donc être examiné par un médecin expert, mandaté par celle-ci. Le médecin expert doit déterminer un nouveau taux d’incapacité, complètement indépendant du taux d’invalidité reconnu par la sécurité sociale. Bien que censé être indépendant, le médecin expert est payé par l’assurance. Il peut donc être tenté de faire pencher la balance du côté de l’assurance plutôt que de l’assuré.

HandiLex m’a mis en relation avec une avocate spécialisée dans la réparation du préjudice corporel. Elle m’a fait examiner au préalable par un médecin pour avoir un avis sur ma situation. Ensemble, ils m’ont ensuite accompagné et défendu face au médecin mandaté par l’assurance.

Avant d’avoir rencontré les membres d’Handilex, je ne me rendais pas compte de l’importance d’être accompagné par mon médecin-conseil et un avocat à ce rendez-vous !

Mais lors de l’examen, j’ai entendu leur négociation sur mon taux d’invalidité. C’était inimaginable, on aurait dit une discussion de marchands de tapis ! Toujours est-il qu’ils ont obtenu un taux d’invalidité qui a permis la prise en charge de mon crédit à 100%. Sans HandiLex, mon avocate et mon médecin conseil, je suis certain que je me serais retrouvé avec une prise en charge à 50% au lieu de 100%. Dans ma situation, notamment financière, je vous laisse imaginer le soulagement de pouvoir conserver notre appartement.

Egalement, HandiLex m’a mis en contact avec une experte en ressources humaines, spécialisée dans le handicap. Elle m’a appris les dispositifs existants et les moyens pour les mettre en œuvre, pour intégrer mon handicap à l’activité de la société dans laquelle je travaille.

Aujourd’hui où en êtes-vous ?

Je continue de me reconstruire. Comme je suis passé de l’état de totalement paralysé et dépendant à celui de marchant et autonome, j’apprécie ma chance et je relativise mon handicap actuel. Je peux travailler à nouveau à temps partiel. Je me sens utile pour ma famille ce qui est primordial pour moi. Alors, aussi surprenant que cela puisse paraître, je suis un handicapé… heureux !

 

Jusqu’au 21 déc. 2017, soutenez-nous sur Ulule 👉 www.ulule.com/handilex